En cours de test : Aurender N100H, Meze 99 Classics et quelques câbles QED – Real Cable

J’ai un  beau métier. Ces derniers jours j’en prends plein les oreilles. Je ne parle pas de “gros” son mais bien d’émotions musicales. D’ailleurs quand nous avons la chance de découvrir d’excellents produits HiFi, les oreilles ne sont finalement qu’un composant – indispensables – de notre système HiFi pour capter le son. La musique elle se vit, elle se ressent. En choisissant judicieusement ses éléments HiFi, ressentir pleinement des émotions lors d’une écoute musicale n’implique pas des budgets très importants. A partir de quelques centaines d’euros un casque, un DAC audio, une paire d’enceintes et un câble audio USB peuvent ouvrir la scène sonore lors de nos écoutes et nous apporter des détails délicieux. Sans atteindre les dizaines de milliers d’euros d’un système audiophile très haut de gamme, de nombreux constructeurs permettent de se constituer un ensemble HiFi de très haute qualité. Avec cette approche par élément, l’investissement est progressif et le résultat pleinement à la hauteur de nos attentes. Actuellement dans le showroom ou à la maison j’ai entre les mains ou les oreilles d’excellents produits audiophiles, dont certains sont de vraies découvertes. Voici un tour d’horizon des nouvelles références, pour certaines déjà en boutique, pour lesquelles je vous présenterai des tests complets prochainement. Je garde ma ligne de conduite pour ne proposer que des produits testés et enthousiasmants !

Le transport du flux numérique avec le lecteur musical Aurender N100H

Ma configuration pour le test du lecteur numérique audio Aurender N100H
Ma configuration pour le test du lecteur numérique audio Aurender N100H

Tour à tour appelés lecteur audio réseau, streamer, transporter ou lecteur audio numérique, ces appellations désignent tout simplement les remplaçants de nos chères platines CD. A l’occasion d’une colocation d’entreprises, j’ai eu le plaisir d’écouter régulièrement le très haut de gamme du lecteur CD avec La Source d’Audio Aéro. Il y a 5 ans je découvrais que la mécanique de lecture du disque CD et la conversion en un signal analogique par le DAC pouvaient ou non transcender le rendu sonore. Mon esprit d’informaticien – convaincu que tout était binaire – découvrait le véritable monde de la HiFi.

Depuis je ne cesse de convaincre mes lecteurs que le DAC audio est un des éléments essentiels d’un système HiFi. Quant aux flux numériques audio transmis à celui-ci, j’étais convaincu qu’il fallait le faire transiter dans les meilleures conditions mais que ces données “informatiques” issues d’un disque dur, d’un câble réseau ou d’une prise USB arrivaient toujours dans le même état. Que quasiment rien ne pouvait se perdre, que le phénomène de jitter d’une platine CD (où ça tourne, où ça vibre, où ça se déplace) n’apparaissait pas sur des lectures de fichiers audio. Bien sûr mes fournisseurs essayaient de me convaincre de l’importance du transport du flux numérique de la musique dématérialisée. Bien sûr je lisais des débats sur les forums mais mon esprit d’informaticien se rattachait à une comparaison basique : “Quand je navigue sur le net même la pire des connexion WiFi m’affichent toujours – plus ou moins lentement – la totalité d’une page Web.” Je restais convaincu que le DAC était l’essentiel pour de la musique dématérialisée.

Aurender N100H avec le pré-ampli à casque iFi Audio ICAN PRO pour une écoute au casque
Aurender N100H avec le pré-ampli à casque iFi Audio ICAN PRO pour une écoute au casque

Toutes mes certitudes d’informaticiens sont tombées il y a quelques jours quand j’ai branché le lecteur audio numérique d’Aurender, le N100H. Celui-ci a été installé sur mon système HiFi en remplacement de mon très bon streamer, le SOtM sms-100. L’Aurender N100H a donc pris place connecté à mon DAC SOtM , le tout branché sur mon amplificateur Obelisk SI et son alimentation. Mes enceintes colonnes Triangle ITTOH xs sont actuellement le maillon faible de mon installation. Après une très rapide configuration de l’Aurender pour piocher sur mon serveur mes habituels albums CD et une liaison avec mon compte Qobuz Sublime, je lance une première écoute. Waouh quelle claque ! Ma zone d’écoute – environ 20 m2 dans un coin du salon – semble s’être agrandie. D’un seul coup toute cette musique avance d’un 1 mètre, elle sort avec vigueur de mes enceintes, la voix du chanteur est bien plus présente, les instruments de musique tout en étant plus précis, plus détaillés et plus clairs, reculent laissant les voix se détacher. Mes enceintes un peu juste dans le grave me proposent des basses plus présentes tout en restant à leur place. Ma femme, venant s’assoir à coté de moi me demande “Tu testes de nouvelles enceintes ? Ca rend bien là, c’est très présent.

Je suis tout simplement impressionné, avec le même DAC, le même amplificateur et les mêmes enceintes colonnes, ma musique est rendue avec davantage de relief et de présence. Et tout cela par l’utilisation du lecteur Aurender N100H, un appareil qui ne fait que passer sur son disque dur SSD mes fichiers audio ou mon flux Qobuz et le transporter par sa prise USB vers mon DAC USB. Ils avaient donc raison, le transport du flux numérique est un élément à considérer à part entière. Je ne cherche même plus à en comprendre les justificatifs électroniques, électriques et informatiques. Les faits sont devant moi, je les entends, j’écoute ce nouveau rendu sonore et j’en profite pleinement, l’essentiel est là !

Les plus attentifs d’entre vous, auront remarqué ma phrase sur le signal informatique lors de mon analogie avec la navigation Web :  “plus ou moins lentement”. Toute la nuance est là, cette vitesse du flux et sa gestion sont essentiels pour le rendu sonore. Nous retrouvons l’importance de la maîtrise du jitter, de l’horloge et des parasites. Un convertisseur audio numérique-anaogique, le DAC, donnera le meilleur de lui-même avec le plus parfait des flux numériques. Ici cela ce traduit pas une belle profondeur de la scène sonore.

L'application iPad pour l'Aurender N100H
L’application iPad pour l’Aurender N100H

Que penser du tarif de l’Aurender N100H ? Proposé à 3 290 € comparé au 600 € du lecteur SOtM sMS-100. Mon esprit cartésien d’ingénieur informatique vous rétorquerait que le rendu sonore n’est pas 5 fois supérieur, mes graves ne sont pas 5 fois plus profondes, mes aigues ne sont pas 5 fois plus précis. Si vous recherchez à mettre dans un fichier Excel vos écoutes musicales et les œuvres artistiques proposées, nous partons dans des débats où l’art musical et l’émotion sont absents. Si vous voulez ressentir de vraies émotions et un véritable plaisir en vous posant dans votre fauteuil, l’Aurender N100H vous met entre les mains une excellente application et déploie devant vous une vraie scène sonore, le spectacle prend forme, il a de la profondeur. L’analyse mathématique de la musique n’aboutira pas à un résultat 5 fois supérieure mais chaque soir quand j’écoute mes musiques mon plaisir est décuplé !

D’ici quelques jours, je vous proposerai un test plus détaillé de l’Aurender N100H, ses concepteurs coréens ont le sens du détail, tout est pensé pour la musique. Son stockage interne de 2 To le rend autonome. L’application est de loin la meilleure du marché notamment pour accéder au service de musique en ligne de Qobuz et profiter de son  abonnement, je me régale !

Configuration : lecteur Aurender, DAC audio SOtM, Amplication Heed
Configuration : lecteur Aurender, DAC audio SOtM et amplication Heed

Comme vous pouvez le voir sur mes photos, son frère jumeau, l’Aurender X725 en version amplificateur et DAC intégré attend son branchement. J’ai dans l’idée d’assembler un système audiophile avec ces deux produits Aurender. Un beau système HiFi se construit sur 3 critères : la qualité musicale, le confort d’utilisation et le design.

Pourquoi ne pas les coupler aux excellentes petites enceintes Magnat Quantum Edelstein ou des Russel K ? Ces dernières sont en attente de test dans le showroom. Les premières écoutes sont très agréables.

Enceintes en format bibliotheque Russell K
Enceintes en format bibliotheque Russell K

Un câble USB audio et un câble secteur pour la HiFi

Face aux révélations sur le transport numérique et l’Aurender N100H, j’ai demandé à mes fournisseurs de me prêter des câbles audio USB et des câbles d’alimentation secteur. J’ai testé le QED Reference USB A-B et le câble secteur Real Cable Chambord.

Test du câble audio USB QED Reference USB A-B

Test du cable USB QED Reference AB entre lecteur Aurender et le DAC USB SOtM

J’ai donc commencé quelques tests avec l’Aurender N100H et mon DAC USB. Bien entendu l’effet d’un câble USB ne sera pas aussi marqué que le changement de lecteur numérique. Mes premiers tests révèlent des nuances et des détails. Le message audio délivré est plus clair avec plus d’ampleur. Sur de nombreux morceaux de musique, cet ampleur donnent l’impression d’avoir augmenté le volume sonore tout en gagnant en détail et aération. La différence entre un câble correct et un câble dédié sont clairement perceptible.

Test du câble secteur Real Cable Chambord sur mon téléviseur

Remplacement du câble secteur d'origine par un Real Cable Chambord

Pour le câble secteur, je n’ai pas eu encore le temps de faire des tests sur mon système HiFi. J’ai suivi un test proposé par mon fournisseur : “Essaie de le brancher sur ton écran TV”. Pour tout vous dire autant j’imaginais bien les effets d’une alimentation électrique de qualité sur un amplificateur HiFi ou un DAC, autant j’étais plus dubitatif sur mon téléviseur. Son argument – tout à fait recevable – est :”Le dernier mètre de cordon électrique de nos appareils fait tout simplement office d’antenne et il choppe toutes les perturbations électriques et électrostatiques”.

Un must pour éviter les parasites , le cable d'alimentation secteur Real Cable Chambord

Vendredi soir j’ai donc fait quelques tests sur mon téléviseur Samsung UE55HU6900S avec le câble secteur Real Cable Chambord. Ce fût sans appel dès le démarrage du téléviseur, les icônes SmartTV ont de meilleurs contours et les contrastes sont rehaussés. Pour mon test je choisis une banale émission TV sur TF1, d’ailleurs ça ne sert qu’à faire des tests d’image cette chaine non ? Je me suis donc amusé à zapper entre le câble d’origine Samsung et le câble Real Cable Chambord sur la “grande” émission du primetime d’Arthur. La comparaison est bluffante : une image plus précise, des couleurs plus vives et surtout un meilleur relief. Entre l’animateur et son public l’effet de profondeur est plus marqué. Sur les matchs de foot de l’Euro j’ai noté la même amélioration : les joueurs de foot se détachent mieux de la pelouse. Attention je parle ici d’améliorations subtiles mais clairement visibles : ma femme (comme dirait l’autre) et mes enfants ont remarqué cette amélioration du piqué de l’image. J’apprécie le rendu obtenu, il ne s’agit pas d’avoir un traitement de netteté poussé à fond ou une image au rendu trop numérique. Avec le câble secteur Real Cable Chambord l’amélioration sur l’image vidéo est similaire à un filtre Photoshop appliqué avec justesse sur l’image. La vidéo est plus précise avec des couleurs plus tranchées et des plans plus détachés, sans aucune dénaturation ou exagération.

Ces deux câbles permettent de profiter pleinement de l’électronique de nos appareils. Les améliorations sont subtiles, toute en nuance et offrent une meilleure scène sonore ou un meilleur piqué de l’image. Je vous invite à tester sur vos équipements. Attention une fois que l’on a gouté à ces câbles, c’est un crève cœur de les retirer. Personnellement j’ai envie d’en placer sur toutes les sources audio et vidéo, et sur toutes les diffuseurs. Ils me permettent enfin d’affiner l’image ou le rendu sonore, là où les réglages des appareils sont souvent inopérants car rarement dans la nuance. Ici ce sont les composants matériels des appareils qui travaillent au mieux.

Test et premier avis sur le casque HiFi Meze 99 Classics

Le casque audio Meze 99 Classics et ses coques en bois de noyer

La musique je l’écoute très rarement au casque, hormis pour m’isoler dans un avion ou un train. Les quelques casques précédemment essayés m’ont toujours déçu : un confort limité au bout de quelques dizaines de minute d’écoute – il est vrai que j’ai une grosse tête et un rendu sonore bien trop dans les oreilles par rapport à des enceintes. Bien sûr on me disait : “oui mais tu essaies des casque d’entrée de gamme à 200, 300, 400 €, il faut sacrément augmenter le budget pour avoir un casque digne de ce nom.” Tout cela s’était avant, c’était avant de mettre ma tête entre les coussins du Meze 99 Classics. Une marque roumaine parfaitement inconnue. Ce casque proposé à seulement 309 €, ce n’est même pas la moitié du prix de mon téléphone, me donne tout simplement envie de passer des heures à écouter de la musique au casque. Sans aucun réglage il se pose tout simplement sur la tête, il s’ajuste automatiquement et il ne bouge pas, il ne compresse pas mes oreilles ou ma tête, il n’enferme pas. A l’écoute il est un vrai bonheur, la musique écoutée est d’un naturel incroyable. Il isole parfaitement – en version passive – de l’environnement. Cerise sur le gâteau c’est un bel objet. Je vous invite à le découvrir dans la boutique, je vous proposerai un test complet d’ici quelques jours aussi.

Ce que j’apprécie dans un équipement, c’est sa souplesse d’utilisation. Ce casque Meze s’accommode de n’importe quelle source audio, d’une qualité correcte à une excellente qualité. J’écris cet article avec le DAC Audioengine D1 branché en USB sur mon ordinateur, l’écoute du dernier album de Melody Gardot “Currendy Of Man” est un bonheur.

En écoute avec le DAC USB Audioengine D1 sur mon ordinateur
En écoute avec le DAC USB Audioengine D1 sur mon ordinateur

Lors de mes tests sur mon iPhone le casque s’est révélé tout aussi agréable, il m’accompagnera dans mes déplacements. Un peu encombrant mais Meze fournit une housse rigide pratique et protectrice.

Pour l’excellence j’ai en prêt actuellement le pré ampli à tubes d’iFi Audio, l’iCAN PRO. J’ai passé la soirée d’hier à naviguer dans mes playlists depuis l’Aurender. Le Meze 99 Classics s’exprime pleinement dans cette configuration : lecteur Aurender N100H, DAC audio SOtM sHP-100, pré-ampli à tube pour casque iFi Audio iCan PRO. Je n’avais jamais pris autant de plaisir lors d’une écoute au casque.

Une configuration pour l'écoute au casque : Aurender N100H et iFi Audio iCAN PRO
Une configuration pour l’écoute au casque : Aurender N100H et iFi Audio iCAN PRO

test_pre_ampli_casque_ifi_audio_ican_pro

imprimer cet article

author-avatar

Fondateur et dirigeant de Dipiom Media et La Boutique d'Eric Spécialiste en multimedia pour la maison : serveur audio-vidéo pour la HiFi et le home cinéma. Installation multiroom audio-vidéo

5 Commentaires à "En cours de test : Aurender N100H, Meze 99 Classics et quelques câbles QED – Real Cable"

  • Aurender N100H 23 novembre 2016 (1 h 21 min)

    […] En cours de test : Aurender N100H, Meze 99 Classics et quelques câbles QED – Real Cable […]

  • comment-avatar
    Stef 30 octobre 2016 (18 h 59 min)

    Bonjour,

    Je suis très intéressé par l’achat d’un lecteur Streamer..juste un lecteur car ma musique est stockée sur un NAS et le décodage se fait via le DAC de l’Esoteric K05. Actuellement, pour lire la musique dématérialisée (HD-24-96 ou +) j’ai un PC portable branché en USB sur le DAC.

    Le truc,c’est que je n’arrive pas à comprendre le pourquoi c’est mieux avec l’Aurender N100H Proposé à 3 290 € qu’avec les 600 € du lecteur SOtM sMS-100 ou encore un NUC-i5 / disque SSD (sans ventilo) à 600 euros !!..ou avec un Sinaudio Moon à 900euros!!!

    Toutes les pubs de ces lecteurs vantent les fichiers qui peuvent être lu, le nombre de sorties USB ou l’interface ipad – mais aucun ne communique jamais sur la carte mère, le processeur, la ram ou autres composants électroniques !!..why?..n’est ce pas le cœur du système ?
    Et ensuite, pour un lecteur pur, quelles sont les apports des différents composants ? Le jitter, c’est le DAC qui va le gérer !?..les données ne font que traverser le lecteur en paquets ?!… Je ne vois pas très bien ce que peut être un port USB « audiophile » !!..en tous les cas, le câble USB à 50 euros ne change rien par rapport à un câble de base (en aveugle)!..
    Quelles sont vos sentiments d’informaticien ? merci d’avance

    • comment-avatar
      Eric 2 novembre 2016 (19 h 26 min)

      Mes tests ont été réalisés sur mon installation où j’écoute un SOtM sMS-100 depuis 2 ans. L’Aurender apporte un rendu sonore plus aéré comme je l’évoque dans mon article. Quant à réduire la qualité des appareils à leurs écarts de prix, nous le savons très bien qu’il y a parmi tout cela aussi beaucoup de valeurs émotionnelles. Une voiture de sport d’une marque prestigieuse est-elle 30 fois supérieure à ma voiture ? Certainement que non … en revanche le plaisir qu’elle procure justifie pour beaucoup le prix ….

      Quant à comparer un lecteur dédié comme l’Aurender à un NUC-i5 et son SSD, vous oubliez qu’il faut utiliser le bon OS, le bon logiciel de lecture, le bon driver, les bons composants USB, etc. En tant qu’informaticien je sais combien cette combinaison est compliquée à réussir. Sans parler de la complexité à maintenir à jour cette configuration, bien entendu vous pouvez ne jamais plus la toucher … mais alors oublier tous les nouveaux services disponibles ensuite. Une fois que vous avez un bon lecteur, il faudra trouver une interface de contrôle aussi ergonomique que celle proposée par Aurender. Pour ma part, j’ai fait le choix d’écouter ma musique et ne plus me « battre » avec des solutions de geek. Cela un coût, c’est celui de la tranquillité et du plaisir.

      Pour évoquer l’aspect audio, le jitter n’est pas géré uniquement par le DAC. Le meilleur DAC du monde ne pourra faire de miracle s’il reçoit un mauvais paquet de données.

      Pour l’écoute de câble USB, je vous invite à assister à des démos sur des équipements bien réglés, vous serez surpris des apports qualitatifs d’un bon câble : aération de la scène, profondeur ou tout simplement la suppression du bruit.

      Pour ma part – en tant qu’informaticien de formation – la musique s’écoute et se vit, je ne peux pas la résumer à des composants informatiques ou électroniques. De nombreux clients de passage dans notre showroom ne perçoivent pas la différence entre un lecteur Aurender et un lecteur Bluesound NODE. Je suis ravi de leur proposer le NODE 2 et ils font assurément un bon achat dont ils prendront grand plaisir à écouter. Chacun a sa propre sensibilité et sa propre exigence.

  • comment-avatar
    Cédric 13 septembre 2016 (17 h 44 min)

    Bonjour Eric.
    Avez vous pu essayer le Auralic Aries en comparaison avec le Aurender N100H?

    Merci

    • comment-avatar
      Eric 14 septembre 2016 (9 h 05 min)

      Bonjour Cédric,
      Je n’ai pas eu l’occasion d’écouter le Auralic Aries, ni eu de retour à son sujet, je ne pourrais comparer. Faute de temps je ne pourrais le faire prochainement …

Ajouter un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée