Standing ne rime pas avec communicant – # 1/2

Ce week-end, j’étais chez des parents qui viennent d’emménager dans un nouvel appartement. Un produit immobilier dit de « standing ». Si certains équipements sont bien en rapport avec ce qualificatif : grandes terrasses, suite parentale, baies vitrées, volets roulants électriques, climatisation, portier vidéo. L’installation électrique est bien loin de proposer du « haut de gamme », et offrir la possibilité de vivre dans un habitat communicant.

En effet, cet appartement de type 4 pièces + cuisine en duplex présente une installation électrique en courant fort (230 V) du siècle dernier :

  • un minimum d’interrupteurs,
  • un minimum de prises de courant,
  • aucune prise commandée
  • aucune commande de variation d’éclairage
  • aucune centralisation des commandes des volets roulants

Quant à l’installation courant faible : c’est-à-dire le câblage utilisé pour véhiculer la voix, les données et l’image, en d’autres termes : le téléphone, l’informatique et la vidéo, y compris la TV, il est encore et toujours réduit aux bonnes vielles prises TV et téléphone. L’immobilier n’a jamais dû entendre parler de convergence numérique ou même d’Internet.

Vous allez me dire : « ben oui, c’est une installation classique, comme celle que j’ai chez moi« . Si votre appartement ou votre maison a été conçu, il y a plus de 10 ans, cela peut se concevoir. Et on peut aux regards des travaux pour le faire évoluer, s’en accommoder. Mais avec nos nouveaux modes de vie, très orientés communication, une telle installation peut être pénible voir handicapante au quotidien dans un habitat neuf.

Pour s’en convaincre, il suffit de prendre une feuille de papier ce blog, et lister nos besoins en alimentation électrique et en diffusion de l’information.

 

Nos besoins en courant fort de nos jours

Pour le courant fort, c’est-à-dire l’alimentation en 230V de nos équipements électriques, nos besoins ont évolué de nos jours, et sont devenus trop très gourmand.

  • Les prises de courant :

Il est nécessaire de brancher de plus en plus d’appareils électriques :

    • Les grands classiques :
    • Electroménager
    • Ecrans plats
    • Matériels audio-visuels
    • Matériels informatiques
    • Téléphones fixes sans fil
  • Les petits nouveaux, depuis quelques années
    • Chargeurs de téléphone
    • Chargeurs d’appareils photo
    • Chargeurs de lecteurs MP3
  • Les très récents
    • Cadres photos numériques
    • Télécommandes tactiles
    • Objets communicants : Nabaztag, etc

    On peut constater qu’une seule prise de courant n’aura lieu d’être seulement dans un couloir pour l’aspirateur. Dans tout autre lieu, il faudra au minimum des blocs de 2 prises, et sans hésitation 4 prises à plusieurs endroits. Dans l’appartement où je me trouvais ce week-end, il y avait seulement quelques blocs de deux prises et donc forcement surchargés de multiprises et rallonges : pas très sécurisé et esthétique !

    • Les prises de courant commandées

    Je n’aime pas les éclairages de plafonnier dans une pièce à vivre ou dans les chambres. Je préfère placer des lampes d’appoint. Elles proposent des éclairages plus doux, souvent un design soigné et permettent de modeler des ambiances lumineuses. Mais pour que ces lampes soient agréables à utiliser, il faut pouvoir les commander depuis un interrupteur mural, donc via des prises commandées. Ces équipements électriques, pourtant basique, ne semblent pas très courant dans un logement de standing. Sans même parler, que ce type de prise permet ensuite un pilotage par scénario, si on équipe en domotique son habitation. Des prises commandées sont au final : agréables, pratiques et évolutives.

    • Une douce lumière

    Eclairer plein feux, c’est bien pour le ménage ou pour un stade de foot, mais chez moi, je préfère nettement pouvoir tamiser plus ou moins l’éclairage suivant l’ambiance désirée. Pour ma part, je considère que les ambiances lumineuses sont une composante de la décoration. Pourquoi donc un appartement de standing n’est pas équipé d’un minimum de variateurs de lumière ? Au hasard, dans les chambres et le salon …

    • Un peu de centralisation

    Sans toutefois vouloir ou pouvoir équiper son logement d’une installation domotique pour davantage de confort. Il me parait intéressant de pouvoir commander certains équipements depuis des points centraux de l’habitat, par exemple les volets roulants depuis le hall d’entrée ou la chambre.

     

    Sur les éléments de courant fort, que je cite, on est très loin des nouvelles technologies de l’habitat. Tout ceci existe depuis plusieurs dizaines d’années : les blocs 4 prises, les prises commandées, les variateurs de lumière et la centralisation. Je peux comprendre que sur des habitats à tout petit budget, le constructeur ou promoteur les retirent. N’est-ce pas anachronique en 2007 dans des habitats de « standing » ?

     

    Prochain épisode, je parlerais un peu plus d’ innovation en abordant les aspects « communication », que l’on devrait trouver dans tout habitat contemporain.

    imprimer cet article

    1 Commentaire à "Standing ne rime pas avec communicant - # 1/2"

    Ajouter un commentaire

    Votre adresse mail ne sera pas publiée