Quel avenir pour le Blu-ray ?

logo-blu-ray

Samedi en sortant de la Fnac, je me demandais si les disques Blu-ray avaient un réel avenir ? Pourtant depuis le début je crois à ce format pour les films en Haute Définition. L’image proposée est tout simplement superbe : détaillée et avec une belle impression de relief. Tout support confondu, il n’y a pas mieux aujourd’hui pour profiter d’une très belle image en HD sur un grand écran. Oui mais voilà, a-t-il un marché ? Je ne vais sûrement pas me lancer dans une étude de marché sur ce support, mais je me base sur mon expérience personnelle.

A priori, je suis parfaitement dans la cible : j’adore les belles images et le cinéma, j’ai un équipement home-cinéma pour en profiter (vidéoprojecteur, enceintes de belles qualités, PS3, Media center HD), je suis fan de nouvelles technologies, je consacre un certain budget chaque année pour ma passion du home cinéma. De plus je possède une collection de DVD. Mais voilà, en 18 mois, j’ai acheté une petite dizaine Blu-ray, ce qui est très faible comparé à ma collection de DVD qui doit flirter avec les 300 pièces (acheté surtout dans les 3 premières années du format)

L’image des Blu-ray est superbe mais elle ne suffit pas à déclencher mes achats. Pour quelles raisons ? A y réfléchir, elles sont assez nombreuses.

Un catalogue très pauvre

Le catalogue de Blu-ray est très faible, que cela soit sur Amazon ou dans une Fnac, le rayon Blu-ray est très faible. Récemment, j’ai cherché “Charlie et la chocolaterie”, que mon fils a adoré lors de cette dernière diffusion TV. Il existe en 2 éditions DVD mais aucune en Blu-ray. Donc j’attends.

Quasiment aucun de mes films cultes

Désormais, je n’achète plus de films récents au prix fort depuis quelques années (DVD ou Blu-ray) , mais davantage mes films cultes, surtout faisant partis de collections : Star Wars, Indiana Jones, James Bonds, Die Hard, Le seigneurs des anneaux et autres. Hors de ce coté là, il existe très peu de réédition en Blu-ray pour l’instant. Les rares disponibles sont réalisées avec des choix marketings très mauvais :

  • La sortie du dernier Indiana Jones était l’occasion selon moi, de lancer un coffret des 4 épisodes en Blu-ray. Malheureusement, ce ne fût pas le cas. Je n’ai pas acheté le 4ème opus, et j’attends donc un coffret complet.
  • Pour Noël, 6 James Bond ont été réédité en Blu-ray, l’image est superbe, test-blu-ray-james-bond-contre-dr-no mais les deux coffrets concernent des films piochés au hasard dans la série. Ce type de produits s’adresse essentiellement aux fans et aux collectionneurs. Des personnes, qui comme moi possèdent déjà la collection en DVD. Donc il faut frapper fort pour me convaincre de racheter cette série : qualité audio-vidéo irréprochable et packaging de collectionneurs. Hors sur ce dernier point c’est complètement raté. Je ne vais pas acheter quelques exemplaires et me créer une série dépareillée. J’attends donc la série complète.

Le retour de bâton des multi-éditions

En 10 ans de DVD, les éditeurs se sont bien amusés avec le portefeuille des clients. Les plus grosses productions hollywoodiennes sont sorties dans de multiples éditions : DVD classique, puis collector, puis coffret, puis director’s cut, puis director’s cut collector. Avec parfois de très grosses différences de qualité sur l’image et le son entre la 1ère édition et la dernière, le tout avec une valse des prix. Parfois abusé sur certains DVD, je suis méfiant avec les éditions Blu-ray et donc j’attends de voir la politique des éditeurs.

Le prix fort et des alternatives

Aujourd’hui le prix moyen d’un DVD est de 15 € à 19 € pour une nouveauté. Des titres plus anciens se trouvent entre 5 et 10 €. Là où un Blu-ray va s’afficher entre 25 et 30 €. Un prix fort pour bénéficier d’une belle image HD, alors que des alternatives existent.

Il y a encore 5 ans, le DVD proposait une qualité d’image qui écrasait de loin la K7 vidéo VHS, la TV hertzienne ou le satellite. Il m’était impossible de projeter une image de belle qualité sur mon vidéo projecteur sans passer par le DVD. Aujourd’hui avec un DVD bien encodé et un lecteur sachant upscaler l’image ou avec la TV TNT HD, il m’est possible d’accéder à une belle image sans passer par le Blu-ray.

Difficile de déclencher mon achat

Face à la dématérialisation, je suis encore assez attaché à l’objet pour mes films. J’aime par ailleurs le packaging des Blu-ray (j’ai toujours aimé le bleu !). Mais voilà, la Fnac les propose en rayon à 29 €, alors que je sais que je les trouve sur Amazon à 25 €, donc adieu mon achat “spontané” lors d’un shopping. Face au rayon DVD, j’abandonne quasiment toujours mon achat, me disant, que je prendrais (peut-être) plus tard la version Blu-ray. Pourquoi donc lâcher 15 à 19 € pour un film qui sera d’ici un an ou deux en Blu-ray à ce prix là ? Et que je vais le voir en TNT HD sur Canal + dans 6 mois.

Effectivement, le plus gros concurrent du Blu-ray se situe du coté de la télévision HD, voir de la VOD HD. Là où le DVD n’avait pas de concurrent à sa sortie. Le Blu-ray doit faire face à d’autres sources HD, certes pas aussi excellente en qualité d’image, mais au rapport qualité-prix bien supérieur. Mon abonnement Canal + me permet de voir en moyenne 6 à 8 films en qualité TNT HD par mois pour le prix d’un seul Blu-ray, y compris de les sauvegarder sur disque dur. Et je suis de plus en plus ravi par la qualité HD proposée par Canal + sur la TNT.

Quel avenir pour le Blu-ray ?

Si je me base sur mon propre usage du Blu-ray, je constate que le Blu-ray est en train de louper sa cible early adopters. Je suis un client potentiel, mais j’attends une offre meilleure en termes de catalogue et de prix, et petit à petit je me détourne vers d’autres sources HD.

Et que dire des clients qui n’ont pas encore de lecteurs Blu-ray, qui doivent investir environ 300 € pour une platine ou des usagers qui ne voient pas en l’image Blu-ray une qualité si exceptionnelle ? La partie est loin d’être gagné pour ce support.

Pour ma part, le succès du Blu-ray, qui doit aller vite face à la TV HD et VOD HD qui seront omniprésents dans 5 ans, passera par :

  • Un catalogue digne de ce nom : sortir tous les films cultes des passionnés de Home cinéma en Blu-ray dans des coffrets collectors de qualité (packaging, cohérence de la collection et qualité audio-vidéo irréprochable). Avec la TV HD qui se développe, je n’achèterai que mes films cultes et des films pour mes enfants, que je verrai et reverrai plusieurs fois.
  • Un juste prix inférieur à 20 €.
  • Un avantage par rapport aux autres supports : TV HD, VOD HD, Blu-ray : “Sortez nous donc les films en Blu-ray à 19 €, 1 mois avant leur version DVD”, et le support pourra s’imposer !

Dans le monde du jeu vidéo, depuis longtemps les acteurs ont compris que le succès d’une console se joue sur son catalogue et ses exclusivités. Le succès du Blu-ray passera par cette même stratégie. Contrairement aux DVD, il ne peut pas jouer que sur ses qualités techniques uniquement : le disque, le numérique, la qualité d’image et de son.

Mon comportement semble très franco-français, le Blu-ray remporte une meilleure adhésion de l’autre coté de l’atlantique ! J’estime que le Blu-ray a 5 ans pour s’imposer, une étude lui donne une durée de vie de 10 ans, donc il y a bien urgence pour ce support.

imprimer cet article

Pas de commentaire à "Quel avenir pour le Blu-ray ?"

    Ajouter un commentaire

    Votre adresse mail ne sera pas publiée