Ne culpabilisons pas d’acheter des jeux vidéo, des DVD, des Blu-ray au profil des CD

vente-cd-blu-ray-budget-culturel

Dans le monde de la musique et de l’Internet, il ne se passe pas un mois sans qu’une major ou un artiste ne se plaigne de la baisse de ses revenus causée par la mauvaise vente des albums en CD. Les coupables ? Jamais la qualité musicale, jamais le manque d’innovation, jamais un prix non réévalué, jamais la remise en cause d’un système de distribution ou encore le budget culturel limité des ménages. Il s’agit systématiquement d’accuser l’internaute et le téléchargement illégal. Ce week-end je lisais un article très pertinent de Laurent Chemla : “Pourquoi les ventes de disques baissent-elles ?”. Il résume parfaitement des discussions de comptoir échangées avec des amis, des clients ou des partenaires.

Un budget non limité pour nos loisirs numériques

Dans mon foyer, nous sommes quatre gros consommateurs. Et oui, mon petit dernier du haut de ses 23 mois est déjà un vrai geek ! Ce paragraphe résume parfaitement notre situation à la maison :

“D’abord et avant tout, il faut rappeler l’évidence : le budget culturel des ménages n’est pas extensible à l’infini. Avec l’essor des consoles de jeux, l’augmentation des ventes de DVD, les lecteurs MP3, les records d’entrées au cinéma, les appareils photo numériques, les forfaits de téléphonie mobile pour toute la famille, le prix des abonnements à Internet, il n’est guère surprenant qu’un rééquilibrage se fasse au détriment d’une industrie musicale qui n’a pas su se renouveler.”
Extrait de “Pourquoi les ventes de disques baissent-elles ?” de Laurent Chemla

Il suffit que je regarde nos achats sur l’année 2010, pour constater que notre budget culturel se porte plutôt bien : Kinect pour XBox 360, PS Move pour PS3, iPad, iPhone et leurs applications. La totalité de ces achats est purement dans le cadre de nos loisirs culturels, imaginez simplement le nombre de CD que cela peut représenter !

Un marché de la musique en manque d’inspiration

Et coté innovation, je ne peux pas dire que je rêve devant les rayons de CD de la Fnac !

“Pendant que l’industrie du cinéma inventait les cartes d’abonnement, les multiplexes, le home cinéma, la vidéo à la demande (video on demand,VOD) et la haute définition, celle du disque s’est repliée sur un CD vieillissant, des taxes toujours plus injustes sur les matériels, et une offre légale dégradée et très limitée (impossible par exemple d’acheter, sur iTunes, ACDC ou les Beatles). Certes, l’invention du CD a poussé toute une génération à renouveler sa discothèque « vinyle » ; mais, une fois celle-ci reconstituée, est-il étonnant que les ventes diminuent alors que l’offre elle-même diminuait en parallèle ?”
Extrait de “Pourquoi les ventes de disques baissent-elles ?” de Laurent Chemla

Je ne demande pas au monde de la musique d’être aussi révolutionnaire que Microsoft et sa Kinect. Seulement je n’arrive plus à acheter un CD à 15€ quand un film en HD récent m’est proposé entre 10 et 15 € sur Blu-Ray (le prix d’un DVD il y a quelques années et moins cher que nos K7 vidéo) et que des jeux vidéo très ludiques sur l’Appstore d’Apple me coutent en moyenne … 0,79 €

Je vous laisse à la lecture de cette excellente synthèse “Pourquoi les ventes de disques baissent-elles ?” de Laurent Chemla et n’en déplaise aux majors, leurs clients sont partis ailleurs et ne sont pas devenus des pirates !

imprimer cet article

3 Commentaires à "Ne culpabilisons pas d’acheter des jeux vidéo, des DVD, des Blu-ray au profil des CD"

  • comment-avatar
    Sebazerty 14 avril 2011 (16 h 47 min)

    Pour ma part si n’achète pas de cd, c’est parce que je peux faire autrement c’est tout. Rien à voir avec la technologie, le renouvellement ou quoi que ce soit d’autre
    Mais en contrepartie j’ai été voir un paquets de concerts d’artistes que je n’aurais jamais été voir si je n’avais pas eu accès à leur discographie ou dernier album gratuitement.
    L’un dans l’autre je ne suis pas sûr de faire des économies quand je vole de la musique vu le prix que coûte une place de concert pour aller applaudire mes nouveaux coups de coeur sur scène. Mais c’est une dépense qui me parait plus naturelle.

    Comme l’a dit récemment Louis Bertignac sur RMC: « Je suis artiste pas commerçant… » Tout est dit.

  • comment-avatar
    Aurélia 10 avril 2011 (10 h 56 min)

    Perso, je prefère m’acheter un cd sur support que de l’acheter en numérique.

  • comment-avatar
    picsous 8 avril 2011 (9 h 55 min)

    Une chose les cd ne sont pas tagger, juste ça changerait ma façon de voir les cd.

Ajouter un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée