Durant les congés de fin d’année, j’avais épuré mes flux RSS. La période était calme et j’arrivais donc à lire plus vite que les blogueurs n’écrivent. Il est vrai que parfois je me demande si cela est bien raisonnable d’essayer de suivre autant de fils d’information. Avec les blogs, la quantité d’informations, utiles ou non, à lire est devenue immense. Les blogs que je lis sont essentiellement orientés sur les nouvelles technologies : divertissements numériques ou domotique, forcement entre passion et job. Il m’est difficile de ne pas vouloir ou ne pas devoir lire tout ce qu’il s’écrit dans le domaine. Mais 15 jours après, mon lecteur de flux déborde à nouveau, il m’est donc impossible de tout lire en y consacrant 30 minutes par jour.

deux-yeux

A consommer avec modération

J’en arrive à me demander si le fameux « trop d’information, tue l’information » ne serait pas de plus en plus vrai avec le web 2.0. Car quand je rajoute aux blogs, les réseaux sociaux et autres sites de partage multimédia, je constate que je suis submergé d’informations ! Le plus grave, c’est que pour ma part, cela crée parfois (j’arrive à être raisonnable) un phénomène de dépendance. D’ailleurs, à lire les billets de certains blogueurs, je suis très loin d’être le seul ! J’arrive donc difficilement à passer une journée loin de mes flux RSS à scruter de nouvelles infos ou discussions et à ne pas consulter les statistiques de mes sites web (corporate et blogs). Le tout avec un besoin frénétique de nouvelles infos sur mes passions ou la « peur » de louper l’information indispensable. Avec le Web depuis 10 ans, tout s’est accéléré, et depuis 2 ans avec la version 2.0 l’accélération me semble encore plus forte. Alors qu’au final, quand je prends du recul, l’autre monde ne semble pas aller plus vite. Les journées font toujours 24h, les magasins ouvrent toujours à 9h pour fermer à 19h, les films durent toujours 2h … J’ai vraiment l’impression qu’un décalage se crée entre les gens vivants pour ou accrochés à ces nouvelles technologies et ceux les utilisant modérément ! Heureusement, je suis habité par d’autres passions autour de mon fils, ma femme et des sports. Je pense que cela crée un très bon équilibre. Et puis se rendre compte que Facebook ne résoudra pas la faim dans le monde remet vite les choses à leur place ! Je vous rassure je ne vais pas vous faire ce soir, le couplet sur « Est-ce bien utile de vendre de la domotique alors que pas mal de gens aimeraient bien avoir une simple installation électrique chez eux ? » ;-).

Des services de partage multimédia à la pelle

Revenons à des choses bien plus utiles, et qui ont été le déclencheur de ce billet ce soir. Je n’ai que deux yeux et deux oreilles (c’est un scoop ça !), et depuis quelques jours, je vois fleurir sur le Net de très nombreux sites de musiques, vidéos et photos. En faisant mon footing ce soir, j’en venais à me demander comment allaient-ils tous trouver des utilisateurs réguliers ? Mon entourage proche (famille, amis, boulot) est très bien équipé en matériel informatique. Dans chaque foyer, il y a au minimum 2 ordinateurs, quelques Media Center, tout le monde utilise Internet 1 à 2 heures par jour, mais au final très peu connaissent ces services multimédias pour les photos, les vidéos et les musiques. Et rien que depuis 4 jours a été annoncé sur les blogs :

  • Jukebo : plateforme d’agrégation de vidéos en provenant de YouTube et autres Myspace
  • Ezubi : sorte de Media Center en ligne pour stocker ses médias.
  • Globalpandora : Ecoute de musiques en ligne.
  • Musana : Ecoute de musiques en ligne.
  • ComBoost : Partage de photos en ligne.
  • Zoomorama : Partage de photos en ligne.
  • WeGame : Partage de vidéos en ligne dédié aux jeux vidéos.
  • FlyTunes : Radios Internet pour iPhone.
  • Awdio : Ecoute de musiques en ligne.
  • Deezer : Ecoute de musiques en ligne, offre une nouvelle version.
  • Diwi-tv : Partage de vidéos pour etudiants.
  • Bubblebeat : Ecoute de musiques en ligne.
  • Explorasound : Ecoute de musiques en ligne.

De tous ces services, je n’en ai testé aucun, je viens juste d’ouvrir les pages d’accueil en copiant les URLs pour ce billet. Même si je suis passionné de photographies, que j’aime la musique et regarder des vidéos nouvelles, comment pourrais-je trouver le temps de les utiliser ? J’ai beau passer 10h à 15h par jour connecté au Net. Pas tous les jours quand même, hein !? Mais 13 nouveaux services en 4 jours, cela me parait énorme ! Car toutes les semaines, il y a des nouvelles annonces, cette semaine semble tout de même un record.

Chapeau bas

Il me parait évident que d’ici un an beaucoup de services auront disparu. La majorité sont gratuits et donc basent leur business model sur une très haute fréquentation avec de la publicité. En tant que chef d’entreprise, je félicite les créateurs de ses services pour proposer souvent une approche différente, parfois innovante, de croire dur comme fer qu’ils vont se faire une place au soleil face aux leaders en place (FlickR et autres YouTube) et d’investir autant d’énergie dans l’océan désormais très encombré du Net. Je ne dis pas que tout a été inventé et que les services leaders sont excellents. Mais quand je vois le peu de gens autour de moi qui connaissent ces services de partage, je me dis que toutes ces sociétés anciennes et nouvelles ont un sacré boulot à faire en marketing pour acquérir leurs fidèles utilisateurs.

J’espère surtout que les utilisateurs avertis dont je fais parti, n’ont pas le même comportement que moi. Je me vois mal transférer mes milliers de photos de FlickR vers un autre service. En tout cas moi, avec des journées de 24h, deux yeux et deux oreilles, j’utilise peu de services et je ne vais sûrement pas utiliser 3 services de musique en même temps et afficher des vidéos sur 3 écrans différents. Il va donc falloir de l’énergie pour me convaincre de changer …

Mais en même temps, la diversité crée la richesse, et quand je vois les fortunes réalisées par certains Google men ou Facebook men, je comprend que le Net attire les entrepreneurs ! En revanche, je suis assez surpris de ne toujours pas voir une major de la musique lancer son service.Font-elles exprès d’ignorer le Net et perdre des parts de marché pour mieux licencier comme EMI ?

Partagez sur vos réseaux