Enfin le droit d’écouter la musique que l’on achète

Régulièrement, on entend les vendeurs de musique et les Majors pleurer sur la baisse de leur chiffre d’affaire. En cause, les réseaux pirates de peertopeer qui proposent de la musique gratuite. Mais ces industriels de l’univers musical ont-il réellement analysé leur marché ?


Du coté des sites de musique en ligne : de la musique payante, avec un choix parfois réduit et aux usages très restrictifs :

  • un morceau de musique acheté chez la Fnac ne peut pas être écouté sur tous ses appareils, par exemple un iPod
  • un morceau de musique acheté sur iTunes pour son iPod ne pourra pas être écouté sur son lecteur MP3 Sony.
  • un morceau acheté en ligne ne peut pas être déplacé sur ces propres appareils autant de fois que l’on le désire.

Du coté des réseaux peertopeer : nous allons trouvé un très vaste choix de musique gratuite qui peut être lue sur n’importe quel appareil.

Vous choisissez quoi ? Payer et les contraintes ou la gratuité et la liberté ? Certes, le peertopeer n’est pas le nirvana : morceaux de musiques tronqués, qualité inégale, fichiers infectés de virus et cela ne respecte pas les droits d’auteur.

Au final, on a deux systèmes qui ne respectent pas pour le 1er les droits des utilisateurs et pour le 2nd les droits d’auteurs. Mais on dirait que cela évolue !

Depuis quelques jours, il semble que certains vendeurs de musique en ligne viennent de comprendre les attentes des clients. Ils proposent de la musique sans DRM. Car ce sont effectivement ces fameux DRM (Digital Right Management) qui nous pourrisent notre vie numérique, et nous empêche d’écouter notre musique sur plusieurs appareils. La Fnac et Virgin Mega proposent donc 150.000 et 200.000 titres libres de cet gestion de droit. Pour l’instant, ce n’est qu’un début, et seuls des labels indépendants ont signé. Et malheureusement, il est difficile savoir quels titres à une DRM ou pas. Mais petit à petit, on y arrive …

En attendant, cela me freine à utiliser un iPod et les services de musique en ligne. Je préfère acheter mes CDs puis les ripper sur mon Media Center. De plus les témoignages de bloggers qui rament avec les DRM se multiplient. Philippe Astor de ZDNet s’énerve… Il est abonné à des services payants de musique en ligne.

En savoir plus en lisant l’article de 01 net.

imprimer cet article

Pas de commentaire à "Enfin le droit d'écouter la musique que l'on achète"

    Ajouter un commentaire

    Votre adresse mail ne sera pas publiée