Canal+ à ma demande, ma télévision de rattrapage

Serveur multimédia Dipiom Media

canal-a-la-demande-accueil Lancé il y a quelques mois, Canal+ à la demande est le service de rattrapage (Catch-up TV in English) de Canal +. Jusqu’à présent, je l’utilisais peu. Entre toutes les rediffusions de Canal+ et mon Media Center capable d’enregistrer tous les programmes dans un format natif HD, je ne manque pas les films intéressants et cela présentait peu d’intérêt d’aller “repêcher” sur le web des films dans une qualité vidéo moindre. Finalement c’est loin de la maison que j’ai découvert un usage assez pratique de ce service à la demande.

Nous bougeons souvent le week-end, et j’ai toujours un ordinateur portable sous la souris pour accéder au net ou décharger les appareils photos. Hors la veille d’un week-end, au moment de faire les valises, je ne transfert pas les films que je souhaite regarder du Media Center vers mon PC portable. Ou ce qui pourrait être plus simple, je ne prends pas un disque dur portable avec mes enregistrements TV. En week-end, j’essai de ne pas voyager avec toute ma maison numérique sur le dos !

Le service “Canal+ à demande” me permet donc d’accéder de n’importe quel endroit avec une connexion Internet à une grande bibliothèque de films, suffisante pour occuper des jours pluvieux ou les heures de sieste du petit. Le service de Canal+ propose d’ailleurs bien plus que des films, nous trouvons : séries, reportages, dessins-animés, magazines sportifs et même quelques matchs de foot étrangers (pas de Ligue 1).

Le fonctionnement de Canal+ à la demande

Comme bien souvent pour les services de vidéo à la demande, il est nécessaire d’installer sur son ordinateur un logiciel d’accès au service. Celui de Canal+ est minimaliste, il permet seulement de gérer ses téléchargements.

canal-a-la-demande canal-a-la-demande-2

Pour l’accès à l’offre disponible, il est plus confortable de passer par le site web : http://canalplusalademande.canal-plus.com.

canal-a-la-demande-web

canal-a-la-demande-web2

Un site où c’est la sobriété qui prime :

  • 4 rubriques pour ciné-série, sport, divertissement et info-docs,
  • des listes présentent les émissions et les films,
  • des fiches descriptives avec très souvent une bande-annonce permettent de faire un choix sans erreur.

Mais à l’heure d’un web communautaire, j’aurais bien imaginé un service avec des avis d’abonnées, des suggestions et des discussions autour des thèmes proposés, bref, un peu plus de vie et d’échanges. Peut-être dans une future version, une fois que Canal + aura vérifié de l’intérêt porté par ses clients à son service.

L’accès aux films choisis est plutôt rapide : il suffit d’une vingtaine de minutes pour télécharger le fichier en entier, le fichier pèse 800 Mo pour un film de 1H37 par exemple. Il est possible de pouvoir commencer à regarder le film à partir de quelques minutes, le téléchargement se poursuivant pendant la visualisation. En revanche, les films ne sont disponibles qu’en VF. La visualisation du film se déroule dans Windows Media Player.

La qualité vidéo proposée est correcte, ce n’est bien entendu pas de la haute définition. La résolution de l’image est de 720×400 (soit très proche du 720×576 du DVD) pour un débit de 1,2 Mbit/s en moyenne ( 3-4 fois inférieur à celui d’un DVD). Nous sommes loin de la résolution en 1080 lignes et du débit de 10 Mbit/s de Canal+ HD sur la TNT mais sur l’écran 15 pouces de mon portable, l’image est équivalente à un DivX bien encodé et permet de profiter pleinement du film.

Serveur multimédia Dipiom Media

Les DRM chez Canal

Au 1er abord tout semble simple et efficace pour avoir un vrai Canal + à la demande sur un petit écran, loin de chez soi. Là où cela peut devenircanal-a-la-demande-cube pénible, c’est à chaque fois quand les DRM s’en mêlent et viennent nous priver de la liberté promise par le tout numérique. Si les DRM ne vous disent rien, il s’agit d’un mécanisme logiciel pour la gestion des droits numériques de la musique ou de la vidéo. Leur existence est parfaitement justifiée pour éviter que les musiques ou les vidéos que nous achetons en version numérique dématérialisée ne se baladent trop simplement sur le net. Malheureusement, les fournisseurs de ces contenus sont tous partis du principe que le client est un méchant pirate et qu’il va inonder Internet de ses achats ou en faire profiter toute sa famille, ses amis et ses voisins. Et à partir de là, les DRM sont des véritables poisons qui amènent beaucoup de contraintes aux gentils utilisateurs. A priori dans le monde du numérique, le client n’est pas roi.

J’ai donc creusé un petit plus les fichiers et les CGV que nous proposent Canal+ et bien sûr les contraintes liés aux DRM. L’objectif de Canal + n’étant pas d’offrir à toute votre famille et vos amis une bibliothèque de films, les films sont protégés. En consultant les CGV du service, je trouve les indications suivantes :

  • Seulement pour les abonnés du numérique :

Le service est proposé aux abonnées en mode numérique par satellite, TNT (c’est mon cas) et câble. Les abonnées à Canal+ en mode analogique n’ont pas accès au service. Je trouve cela pour le moins curieux car il n’y a aucun lien entre la réception TV et le service, celui-ci est accessible uniquement par un PC et sur le net. Cette limitation, purement marketing, est sûrement réalisée dans l’objectif de convertir tous les abonnées à la réception numérique.

  • Ce n’est pas pour la vie

Le service propose les programmes TV pendant une durée de 30 jours. C’est cohérent avec l’offre Canal+ qui diffuse une programmation sur le mois. En revanche, dans un monde numérique où nous pouvons enregistrer des films sur un Media Center, un enregistreur à DVD ou un disque dur et les conserver indéfiniment, cela n’invite pas à utiliser ce service en lieu et place de ces appareils. Mais cette limitation est peut-être tout simplement due aux accords dont bénéficient Canal+ pour la diffusion des films et une obligation de diffuser (rendre accessible) sur une période de uniquement 30 jours.

  • Jamais 2 sans 3, mais surtout pas 4

Le programme TV choisi peut être visualisé 3 fois une fois téléchargé. Je trouve toujours ce genre de limitation un peu pénible. A quoi bon canal-a-la-demande-cube2 limiter le nombre de visualisation ? Je ne vais pas faire des séances ciné la maison pour mes voisins ou faire passer mon PC (car le fichier s’est impossible) dans toute la famille ! Ce genre de limitation est plutôt stressante même. Il peut y avoir pleins de bonnes raisons  pour laquelle je vais relancer les films plus de 3 fois : mon PC plante (et oui, cela peut arriver), je m’endors pendant le film, mon fils veut jouer, des amis arrivent, le téléphone sonne, je le lance et puis je veux le regarder plus tard, etc. Certes, je peux mettre en pause, mais si j’ai le malheur de fermer Windows Media Player et bien il y a +1 à mon compteur. Et la gestion du nombre de visualisation est  radicale : dès la 4ème fois, un message s’affiche pour vous indiquer l’impossibilité de lire le fichier et celui-ci  est supprimé automatiquement du disque dur, sans aucun avertissement. Depuis le site Web de “Canal+ à la demande”, le programme TV en question ne m’est plus présenté.

Idem, une fois téléchargé, le film ne peut-être conservé qu’un certain nombre de jours sur mon disque dur, regardé ou non.

Ces deux limitations, sur le nombre de visualisations et la durée de conservation, sont communes, je crois à toutes les offres de vidéo à la demande. Dans le cadre d’un service de VOD payant (TF1 vision, Canal Play, etc). Je peux comprendre car il ne s’agit pas de proposer à 3-4 euros la conservation illimitée d’un film, alors que sa version DVD ou Blu-ray coûte 3 à 8 fois plus chère. Il y a une cohérence commerciale entre la location et l’achat. En revanche dans le cadre d’un service de rattrapage TV comme Canal+ à la demande, pourquoi donc ne pas basculer sur une conservation illimitée, vu que de toute manière, je peux la réaliser avec un enregistreur numérique et cela dans une meilleure qualité ?

Pour ma part, si un film me plait vraiment après l’avoir vu via le service de Canal+ à la demande, je l’enregistre sur mon Media Center, et cela en qualité HD avec toutes les langues, sans limite de conservation, ni limite de visionnage. Les concepteurs de ce service aurait-il une mauvaise connaissance du marché du numérique et des usages ?

  • Un service lié à mon matériel

Autre point pénible, il est impossible de transférer le fichier d’un PC à l’autre. L’usage du service est lié à un matériel. Autrement dit lors de l’installation du petit logiciel d’accès au service, l’utilisateur valide les termes du contrat de licence et surtout désigne son PC comme seul PC pouvant accéder canal-a-la-demande-cube3 aux services. Il m’est donc impossible de télécharger un film sur mon PC portable puis de le visualiser sur mon Media Center dans le salon. Ce genre de limitation pose d’ailleurs des problèmes si vous réinstallez ou changer de PC au cours de l’année, car seulement 3 changements de matériel sont autorisés.

Avec ce genre de contrainte, il me semble que nous allons à l’encontre des avantages de la dématérialisation, un domaine où les informations peuvent circuler vite et loin des contraintes (je n’ai pas dis illégalement !). Au final mon film téléchargé n’est pas accroché à une galette DVD ou Blu-ray mais à mon PC portable, sacré dématérialisation là ! En fait, pour les fournisseurs de contenus ce qu’ils dématérialisent c’est le transport mais sûrement pas les usages !

Si j’en reviens à ma comparaison avec un enregistreur numérique. Dans un usage classique avec ce matériel, je peux enregistrer mon film puis le diffuser sur n’importe quel appareil de chez moi compatible avec mon support d’enregistrement : DVD, K7 Vidéo ou fichiers par exemple. Je n’ai aucune contrainte quant à la circulation de mon DVD ou ma K7 vidéo. Alors qu’avec le progrès du téléchargement légal, je suis obligé de déplacer non pas le fichier ou son support mais mon ordinateur portable ! Vive le progrès et la dématérialisation !

Une réponse à ma demande ?

Finalement suis-je satisfait de cette offre supplémentaire et gratuite de Canal+ ?

Oui, elle m’apporte un confort supplémentaire, mais uniquement loin de chez moi. Car mon Media Center avec ses capacités d’enregistrement numérique en haute qualité (HD et toutes les langues) et ses possibilités de diffusion dans plusieurs pièces, m’apportent davantage de confort et de plaisir quand je suis à la maison.

canal-a-la-demande-3

Les offres de téléchargement légal s’améliorent au fil des mois. Désormais, les films sont de qualité vidéo satisfaisante sur des écrans de petites et moyennes tailles. Malheureusement les DRM empoisonnent toujours la vie du gentil consommateur (le pirate a déjà des solutions autres) et l’oblige à manipuler les fichiers avec précaution pour ne pas perdre la possibilité de regarder son film. Personnellement, en tant qu’expert dans le domaine, cette gestion est presque un détail, une fois les contraintes intégrées. Mais je suis convaincu que cela représente un vrai casse-tête pour l’utilisateur moins aguerri. Combien de fois, un tel utilisateur doit se retrouver devant une situation le laissant perplexe ? Ce qui est navrant, c’est qu’au final, il peut être plus simple de télécharger un fichier pirate sur le net que d’utiliser une version légale.

En écrivant ce billet, j’ai fais le parallèle entre l’usage d’un service de vidéo à la demande ou Catch-up TV, et les enregistreurs numériques. Je me demande si finalement la situation que nous connaissons depuis des années (auparavant avec le bon vieux magnétoscope) n’est pas la plus simple et confortable : des diffuseurs (les chaines de TV), des vidéos clubs et mon lecteur enregistreur. J’ai l’impression d’être beaucoup plus libre avec des produits et des services que j’achète dans cette configuration qu’avec les services de VOD. Je vais dresser un comparatif des usages dans un prochain billet. Je suis curieux de mon résultat.

imprimer cet article

6 Commentaires à "Canal+ à ma demande, ma télévision de rattrapage"

  • Pendant que Canal+ lutte contre le piratage, je résilie mon abonnement TNT - Le blog des loisirs et des habitats numériques – Tout savoir sur le multimédia, le multiroom, le home cinéma et la domotique à la maison 25 septembre 2012 (19 h 41 min)

    […] L’offre de VOD Canal+ à la demande n’a pas évolué : la qualité est toujours en dessous du DVD et les contraintes sur les DRM toujours aussi fortes. La dernière fois que j’ai loupé un épisode d’une série TV (produite par Canal+), il m’a été plus simple de la trouver en version pirate sur le net, qui plus est en qualité HD ! […]

  • comment-avatar
    newphoenix 12 janvier 2011 (0 h 48 min)

    Pour David C
    Regarder les videos de son PC sur la TV
    Rien de plus simple faut il encore posséder une carte graphique avec au moins deux sorties videos. Connecte la deuxième sortie vidéo (HDMI,DVI ou D-Sub voir S.Video) sur ta TV et bascule l’affichage de ton PC sur ta TV ou alors en mode Clone tu glisse ta fenetre sur ta TV. ;-)
    Pas besoin du DLNA ou d’etre en reseau.

  • Nul besoin de tout le web sur les TV connectées à Internet | Le blog des loisirs et des habitats numériques - Tout savoir sur le multimédia, le multiroom, le home cinéma et la domotique à la maison - Serveur multimédia - Squeezebox Logi 14 novembre 2010 (18 h 56 min)

    […] toutes les vidéos disponibles sur le net de YouTube en passant par les portails de catch up TV (Canal+ à la demande, M6 Replay, Pluzz, TF1 Vision, etc.) ou les offre de VOD […]

  • La Fox et CanalSat s’occupent plus des pirates que des clients - Eric Boisseau - Expert Conseil en multimédia et loisirs numériques à Lyon - Serveur multimédia - Multiroom - Domotique - Squeezebox - Media Center - Home cinéma 12 juin 2010 (19 h 09 min)

    […] L’offre de télévision de rattrapage ne propose toujours pas une belle qualité d’image et aucun match de la Coupe du Monde de football. […]

  • comment-avatar
    Eric 18 mai 2010 (23 h 26 min)

    Et oui le DLNA est le nouvel argument marketing des revendeurs de TV, malheureusement la norme n’est pas si normalisé que cela, chaque constructeur y va de son interprétation. Et de toute manière, il y a peu de chance que via le DLNA nous puissons partagé des contenus provenant de la VOD. Les fournisseurs de VOD préfèrent contraindre les usages avec leurs protections. Qui a dit qu’il était plus simple de télécharger des films pirates ? ;)

    Pour ta problématique, le plus simple est de télécharger le film sur l’ordinateur portable et le connecter via sa sortie vidéo VGA + sortie audio jack au téléviseur. Tous les téléviseurs récents proposent une entrée VGA + entrée audio jack. Pour les films de Canal+ à la demande, la prise HDMI n’apporterait rien, la qualité vidéo fournie est très loin de la HD. Cela s’améliore, mais c’est encore loin de la qualité DVD.

  • comment-avatar
    david C 18 mai 2010 (13 h 39 min)

    Bonjour,
    je découvre cet article très intéressant qui résume très bien ce que je rencontre comme avantages et inconvénients de C+ à la demande. Cela me fait du bien car je me sens moins seul! En effet, j’ai acheté une télévision dernièrement qui avec les possibilités DLNA devait pouvoir me permettre de voir ces films téléchargés sur ma nouvelle et belle TV. Le vendeur me l’avait assuré! (En fait, il ne comprend pas grand chose à l’informatique pour rester soft) Il semblerait donc que ce ne soit pas possible. Je dois me résigner à regarder les films de C+ à la demande sur mon PC! A 4 devant devant notre écran 23 pouces, cela me fend le coeur! Peux tu SVP me confirmer qu’il n’y a pas de moyen pour faire passer ces films du PC vers la TV. A ce jour, je ne bénéficie pas d’un débit suffisant pour recevoir la TV sur ma box et je n’ai pas de prise HDMI sur mon portable. (il a 3 ans/ mais je peux peux peut-être en faire rajouter une et ainsi connecter mon portable sur ma TV? cela me parait mon dernier espoir pour voir les films sur ma new TV.)
    Merci d’avance pour tes remarques et suggestions si ma problématique t’inspire.

Ajouter un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée